Personne âgée prenant son repas

L’alimentation des personnes âgées

On imagine souvent qu’en vieillissant, les besoins nutritionnels et énergétiques diminuent. On cantonne aussi à tort les préoccupations nutritionnelles aux enfants et adolescents en pleine croissance, aux adultes actifs ou aux sportifs.

AD Seniors revient sur ces idées reçues pour vous parler de l’alimentation des personnes âgées et des besoins nutritionnels, bien réels, dont il faut tenir compte en vieillissant.

Les besoins énergétiques chez la personne âgée

Parmi les idées reçues les plus répandues figurent celle selon laquelle les personnes âgées, moins actives, auraient des besoins en énergie inférieurs à ceux de l’adulte jeune. Il n’en est rien !

Les dépenses énergétiques totales d’un individu sont composées à 60 % des dépenses énergétiques au repos, c’est-à-dire nécessaire au fonctionnement du corps. Ces dépenses sont identiques chez la personne âgée.

10 % des dépenses énergétiques totales concernent l’effet thermique des aliments (durant la digestion) : elles sont aussi inchangées avec l’âge.

La part variable des dépenses énergétiques est celle qui concerne les activités physiques : or, si l’activité diminue chez une personne âgée, la dépense énergétique pour un même exercice est identique, voire supérieure.

Protéines, glucides, lipides : quid des macronutriments ?

Il est essentiel de manger équilibré à tout âge.

Lorsqu’on vieillit, les besoins nutritionnels ne diminuent pas, mais évoluent en fonction de nouvelles problématiques : la perte de masse musculaire, l’importance de soutenir les défenses immunitaires, la protection du cœur et des artères.

La part des protéines devrait ainsi augmenter d’autant que les apports énergétiques diminuent : recommandée à 1 g par jour et par kg chez l’adulte, elle devrait être d’au moins 1,2 g par jour et par kg pour couvrir les besoins nutritionnels de la personne âgée.

L’apport en glucides doit être le même que chez l’adulte jeune, soit constituer 50 % de l’apport énergétique. Mais il faut davantage veiller à limiter l’apport en sucres simples, dits aussi sucres rapides, au profit des glucides complexes (ou sucres lents) : en vieillissant se développe, en effet, une insulinorésistance au glucose qui favorise le diabète. En résumé, privilégiez le riz et les pâtes aux pâtisseries !

Les besoins en acides gras essentiels restent cruciaux lorsqu’on vieillit : les besoins en lipides sont couverts par 10 g par jour (une cuillère à soupe) d’huile végétale. Si vous consommez davantage, il est cependant déconseillé de vous lancer dans un régime diététique après 80 ans, au risque de développer des carences.

Les vitamines et minéraux importants

L’apport en vitamines doit être le même que chez un adulte jeune. Les déficits en vitamines sont cependant plus fréquents chez les personnes âgées.

Il faut veiller aux vitamines du groupe B, essentielles au bon fonctionnement du système immunitaire, ainsi qu’à la vitamine D : importante pour la fixation du calcium sur les os, elle est synthétisée par la peau lors de l’exposition au soleil.

Le calcium et le magnésium sont les minéraux dont il faut veiller à maintenir l’apport :

  • Le calcium parce qu’il est moins bien absorbé par les personnes peu exposées au soleil
  • Le magnésium parce que des pertes excessives sont constatées chez les personnes malades, diabétiques, ou encore traités par diurétiques.

Faut-il supprimer le sel de son alimentation ?

Mis en cause dans les risques d’hypertension et de rétention d’eau, le sel n’est pourtant pas à bannir de votre alimentation, sauf sur avis médical bien sûr.

Un régime sans sel strict entraîne une perte des saveurs qui peut entraîner une perte d’appétit et donc conduire à la dénutrition.

Diminuez simplement vos apports en sel grâce à des plats maison, un assaisonnement en fin de cuisson, et un soutien des saveurs par des épices et aromatiques.

Alimentation des personnes âgées : le risque de dénutrition

Au-delà de 75 ans, la nutrition des personnes âgées se caractérise par des besoins comparables à ceux des adultes plus jeunes. Pourtant, il n’est pas rare que l’appétit diminue, exposant à un risque de dénutrition, c’est-à-dire de déficit en apports énergétiques, mais aussi en macro– et micronutriments essentiels.

Dans un cercle vicieux, la perte de masse musculaire entraîne une diminution de l’activité physique. Un affaiblissement général peut vite être constaté.

Alimentation des personnes âgées : le risque de déshydratation

La sensation de soif diminue, elle aussi, avec les années. Or, les apports en eau restent cruciaux à tout âge de la vie pour :

  • Le bon fonctionnement des reins
  • L’élimination des déchets de l’organisme
  • La régulation de la température corporelle
  • L’hydratation des cellules et de la peau

Les eaux minérales permettent également un apport non négligeable en calcium et en magnésium.

Les seniors comme les adultes plus jeunes ont des besoins en eau de 2,5 l par jour dont une partie est couverte par l’eau naturellement présente dans les aliments.

Il est donc important de boire l’équivalent d’une bouteille d’1,5 litre en parallèle des repas.

Bien s’alimenter en été

Les risques de dénutrition et de déshydratation évoqués plus haut sont accrus en période estivale, lorsque les températures montent en extérieur comme dans les logements.

La chaleur entraîne une perte d’appétit plus importante. Avec la transpiration, les pertes en eau et en minéraux sont aussi plus rapides.

Pour stimuler l’appétit, il faut privilégier les salades composées, les fruits, les aliments protéinés qui peuvent se manger froids (œuf, tofu, viandes blanches)

Certains aliments apportent de l’eau et des nutriments : c’est le cas du concombre ou de la pastèque, qui rafraichissent avec leur pourcentage d’eau de plus de 90 %, tout en étant riches en vitamines.

Pour continuer à vous hydrater et à manger de manière digeste en été, optez pour un potage en soirée. Côté boissons, variez avec des laits (végétaux ou non), des tisanes ou encore du thé vert, qui peut également se boire froid.

Les auxiliaires de vie AD Seniors aident aux courses, à la préparation et à la prise des repas. N’hésitez-pas à nous contacter pour une demande d’aide à domicile ou de renseignement.

En savoir plus

Sur l’alimentation des seniors et les recommandations du PNNS 

Sur les besoins nutritionnels des sujets âgés

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *